#ChallengeAZ : G comme Guiguet

 

#ChallengeAZ : G comme Guiguet

C’est en entamant la généalogie de mes deux nièces que j’ai été amenée à remonter la branche des GUIGUET, du nom de leur grand-mère paternelle.
Nous savions que le père d’Anne-Marie avait connu son heure de gloire : Marcel GUIGUET était ingénieur motocycliste et fonda l’entreprise MGC (Moto Guiguet et Compagnie).
Mais c’est à l’oncle de Marcel GUIGUET que nous allons aujourd’hui nous intéresser.

François Joseph GUIGUET

L’oncle de Marcel est né le 8 janvier 1860 à Corbelin, dans l’Isère. Cinquième enfant d’une fratrie de onze (douze selon Wikipedia), il intégrera l’école des Beaux-Arts de Lyon, puis celle de Paris. Il s’installera en 1889 à Paris, où il vivra jusqu’à sa mort en 1937 dans la demeure familiale de Corbelin. En 1910, il sera fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

 

Les coulisses d’une vie

De nombreuses informations sont disponibles sur internet, dès lors que l’individu que l’on recherche s’est illustré d’une manière ou d’une autre. La mairie de Corbelin, à sa rubrique « personnalités », ne compte pas moins de quatre GUIGUET. Wikipedia consacre un article à l’artiste, ce qui est l’occasion de rappeler que les informations dégottées sur ce site sont à vérifier, même si de plus en plus fiables.
Toujours sur internet, on apprendra qu’en 1985, Louis GUIGUET (neveu de François GUIGUET) a fait don d’une partie de l’œuvre du peintre à la commune de Corbelin. Cette donation se composait de plus de 3 800 oeuvres et comprenait également tous les droits de reproduction. En 1987, la commune de Corbelin ouvre un musée dédié à François GUIGUET dans une ancienne chapelle désaffectée. Inauguré en 1989, le musée est malheureusement fermé en 2011. Les œuvres de François GUIGUET ont depuis rejoint la collection permanente des amis de la maison Ravier, à Morestel.

Des informations à toujours compléter et vérifier !

Il ne faut cependant pas se contenter de ces nombreuses informations, en matière d’histoire familiale. Il est en effet indispensable de dérouler la pelote de laine d’une existence mise ainsi en valeur.
François GUIGUET est bien né et décédé à Corbelin. Certains sites parlent d’une fratrie de 7 enfants, d’autres de 12. Pour ma part, j’ai trouvé à partir de l’éta-civil que François GUIGUET avait dix frères et sœurs. De son dossier dans la base LEONORE (qui concerne les récipiendaires de la Légion d’Honneur), je confirmerai qu’il a été fait Chevalier de la Légion d’Honneur le 1er août 1910, mais aussi qu’il était sociétaire de la Société Nationale des Beaux-Arts, qu’il a été fait officier d’Académie en 1900, année où il a reçu la médaille de bronze à l’Exposition Universelle.
Autant d’informations qui me permettront de creuser encore ce parcours atypique d’un homme qui était destiné à devenir menuisier, comme son père. Son dossier LEONORE comprend également son adresse à Paris, les dates de son service militaire (de décembre 1883 à septembre 1887).
Des registres matricules, j’apprendrai son numéro de tirage, le 22, ainsi que des éléments de description physique (il mesurait 1,72m). Son parcours militaire y est également détaillé.
De la base des données des musées de France, JOCONDE, je découvrirai que des œuvres de François GUIGUET se trouvent au Musée d’Orsay, au Louvre, au musée Paul Dini de Villefranche sur Saône, et encore ailleurs.
Je ne m’intéresse pas à la fortune des gens, c’est pourquoi le plus souvent je ne me préoccupe ni du cadastre, ni des successions, qui sont pourtant d’excellentes sources d’informations complémentaires.
De l’exemple de François GUIGUET, je veux transmettre l’idée qu’au-delà de l’état-civil, nous avons à notre disposition de nombreuses autres sources qui nous permettent de nous rapprocher des individus, par des photos, une description physique… Un tour sur Google Map ou Google View nous éclaire sur les endroits où ils ont vécu, nous leur découvrons des amis, souvent témoins de leurs mariages.
Nos ancêtres, si lointains, si proches…
Posted in Généalogie and tagged , , , , , , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>